Sports CHARAF-EDDINE AMARA RÉITÈRE SA DÉMISSION ET AFFIRME

“Les membres du BF n’ont d’autre choix que de démissionner”

  • Placeholder

Nazim TOLBA Publié 06 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

Dans une longue interview accordée à notre confrère Al Khabar, le président démissionnaire de la Fédération algérienne de football, Charaf Eddine Amara est revenu sur les raisons de son retour “temporaire” aux affaires de la Fédération algérienne de football, et ce, quelques jours après avoir annoncé son départ à la suite de l’élimination de l’EN du grand évènement mondial le mois de novembre prochain.

D’emblée, le patron du groupe Madar explique que sa décision de quitter la FAF est irréversible et qu’il doit absolument mettre les formes en organisant une assemblée générale en vue d’officialiser sa démission. “J’ai annoncé ma démission au bureau fédéral et j’ai fait état de mon départ en conférence de presse. L’information a été du reste publiée sur le site officiel de la FAF. Mais jusqu’à présent, je n’ai pas encore déposé une démission écrite au secrétariat général de la FAF”, a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : “Ce que j’ai fait est d’annoncer ma démission en confirmant aussi mon retrait des affaires de la FAF. J’ai fait cette annonce rapidement après l’élimination de l’équipe nationale du Mondial 2022. J’ai assumé mes responsabilités jusqu’au bout et j’ai annoncé ma démission aux médias sauf que sur le plan légal je dois présenter ma démission aux membres de l’assemblée générale qui m’a élu.”

Pour Amara, pas question que les membres du bureau fédéral restent en poste, balayant d’un revers de main l’idée de démissionner. “Maouche avait été chargé d’assurer l’intérim car j’ai avisé les membres du BF pour leur faire part de ma décision. Et j’ai cru que ces mêmes membres du bureau fédéral allaient aussi présenter leur démission pour ensuite organiser une assemblée générale extraordinaire durant les 60 jours pour élire un nouveau président et un nouveau bureau.  Toutefois, j’ai été étonné par le comportement de certains membres qui ont refusé de démissionner”, fait-il savoir.

Et d’enchaîner : “J’ai décidé de retirer l’intérim et de reprendre temporairement mon poste pour déjouer le plan de certains membres du bureau fédéral parce que leur décision et leur position ne respectent pas l’éthique car ils ont été élus par l’AG pour représenter le bureau dont je suis le président. Mon départ voudrait dire logiquement la démission de l’ensemble des membres du BF et c’est vraiment bizarre qu’ils s’y opposent.

Et je peux vous dire aussi qu’il n’y aura pas de bureau fédéral le 11 avril prochain, comme cela a été décidé par ces membres du bureau fédéral”, indique Amara qui, du reste, révèle avoir reçu plusieurs appels des responsables d’instances internationales tel que la Fifa et la CAF.

“J’ai effectivement reçu l’appel du président de la Fédération internationale de football, Gianni Infantino, après avoir démissionné de mon poste. Même le président de la CAF, Patrice Motsepe, m’a appelé aussi sans oublier le secrétaire général, Veron, ainsi que la secrétaire générale de la Fifa, Fatma Samoura.  Il faut savoir que le président de la Fifa a été étonné d’apprendre mon retrait de la FAF. Il a voulu connaître les véritables raisons de mon départ et je lui ai fait comprendre que l’élimination de l’Algérie de la Coupe du monde est derrière cette décision. Je n’ai pas raté l’occasion aussi de lui dire que l’arbitrage en Afrique m’a coûté mon poste. J’ai attiré l’attention des instances internationales sur le problème de l’arbitrage en Afrique. Infantino s’est montré navré par l’élimination de l’Algérie et il m’a demandé de réfléchir par rapport à ma décision”, poursuit Amara qui a réitéré une fois de plus sa décision de quitter la Fédération algérienne de football (FAF).

“Ma démission est irrévocable et j’attends uniquement la tenue de l’assemblée générale pour officialiser mon départ. Il faudra qu’on passe le flambeau à une nouvelle équipe et les membres du BF n’ont d’autre choix que de démissionner”, conclut-il.

Nazim T.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute