L’Algérie profonde APC DE BÉNI DOUALA

Manque criant de personnel

  • Placeholder

Hocine TAÏB Publié 20 Février 2022 à 15:42

© D. R.
© D. R.

L’APC de Béni Douala (sud de Tizi Ouzou) fait face à un épineux problème de manque en matière de personnel et d’ouvriers d’exécution, en plus du retard constaté dans plusieurs domaines, en matière d’infrastructures de base notamment.

“Notre commune manque cruellement de personnel et d’ouvriers d’exécution. Nous n’avons ni chauffeurs ni conducteur d’engin, pourtant nous disposons d’une case, d’un poclain et d’un rétrochargeur. Notre commune est également sans éboueurs et sans cuisinier”, a déploré le nouveau maire, Nadour M’hemed.

Selon la liste dressée par le maire, cette commune n’a non plus ni soudeur, ni magasinier, ni électricien, ni plombier… “En somme, notre commune fonctionne avec le strict minimum de personnel dont le travail relève d’une gymnastique quotidienne”, se désole l’édile communal, soulignant que cette situation n’est pas sans conséquence sur la gestion de la collectivité et la qualité de service à fournir aux habitants.

Dans ce sillage, il faut signaler que la commune dispose d’une douzaine de véhicules à entretenir, mais l’indisponibilité de mécanicien et d’électricien fait qu’à la moindre panne l’APC fait appel au privé, ce qui coûte à longueur d’année beaucoup d’argent.

En matière de collecte des ordures ménagères, la difficulté ne réside pas dans le manque de véhicules, mais dans celui des éboueurs et des chauffeurs qui rend la mission presque impossible.

“Le manque de chauffeurs et d’agents de nettoyage rend la mission de l’APC presque impossible car nous comptons 13 villages en plus du chef-lieu. Nous demandons au directeur de l’administration locale (DAL) de nous affecter plus de personnel pour permettre à l’APC d’accomplir toutes ses missions”, a encore expliqué le maire.

À signaler aussi que la commune des Ath Douala compte une douzaine d’écoles primaires, et aucune d’entres elles ne compte parmi ses effectifs un veilleur de nuit. C’est comprendre que les écoles sont livrées à elles-mêmes à partir de 16h. Elles manquent également de personnel de cuisine.

“Toutes les écoles au niveau des autres communes sont gardées de jour comme de nuit, chez nous elles sont abandonnées à partir de 16h et parfois malheureusement des intrus s’y introduisent, surtout de nuit, pour accomplir leur forfait. Il est temps de remédier à cette fâcheuse situation”, a appelé un parent d’élève d’Icherdiouène. C’est comprendre qu’à Ath Douala beaucoup reste à faire.
 

Hocine TAÏB

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute